NADEJDA

Tout commence un jour, tout ce qu’il y a de plus banal, dans la cour d’une fac banale, où jouait un saxophoniste pas banal du tout. Son boucan d’enfer attirait au passage tout ce que la-dite fac de musique comptait de traine-savates, de pique-assiettes musicaux, et de rockers perdus entre les murs de la glorieuse institution. C’est dans ces conditions authentiques que John (chant, guitare) rencontra Rémi (saxophone). Eh ouais, tout à fait comme ça. Dire qu’à l’époque il n’aurait pas fait la différence entre un saxophone et une corne de brume, mais ça a fait tilt. Ça et le barbu qui allait avec. Ça a collé entre ces deux-là comme rarement. Faisant la manche sous la neige (et n’attirant que les gendarmes par la même occasion), il leur fallut quelques années pour comprendre que faire de la musique de manière plus conventionnelle leur plairait bien.

Je ne raconterai pas tout le pourquoi du comment, mais ils ont commencé NADEJDA comme ça, à deux, avec quelques textes et des foutus pédaliers de boucle inréglables à s’en arracher les cheveux. Peur de bientôt manquer de cheveux, ils se mirent à la recherche d’un batteur. Rémi connaissait le genre de batteur qu’il voulait, et c’est comme ça qu’ils ont recruté Corentin (batterie). Ce fut leur premier et unique choix. C’est ensemble (et avec Olivier, anciennement trois ans à la basse pour la petite anecdote) qu’ils bâtirent les contours du NADEJDA des débuts, faisant une dizaine de concerts par an, et enregistrant un premier album maison, apprenant sur le tas. Vous auriez vu la tête du tas...

Une autre évidence s’imposa en novembre 2013. Ils chopèrent Hugues (basse) pour tenir la 4 cordes. Hugues, c’est le genre de lascar que tu ne trouves pas à tous les coins de rues : en plus d’être une vielle connaissance du groupe, c’est le genre de mec qui inspire le respect, d’autant plus avec son tour de France des squats au compteur, fait avec son autre formation punk. C’est lui qu’il fallait, pas un autre. A partir de ce moment-là, NADEJDA scella sa nouvelle identité en enregistrant un EP auto-produit durant l’été 2014, « L’n’G », grâce au soutien de leur public par le biais d’un financement participatif. Plus fort que jamais de leurs expériences passées (sur le tas susnommé précédemment) et comme l’on dirait : Et depuis, ça joue, ça joue, et ça joue, parce que ça ne va pas se faire tout seul hein ! »

Site web : http://www.nadejdaofficiel.com
Soundcloud : https://soundcloud.com/nadejda-3